RESISTE-38 : LE NOUVEAU RESEAU CONTRE LA TRAQUE AUX ETRANGERS

Publié le par R.E.F.I

Ce tract sera distribué à l'entrée du personnel de la Préfecture de Grenoble,
rue Haxo, demain entre 7 h 30  et 9 h


Sud-Education / Sud-Travail / CNT-Education / SNU-Travail /
SNU-Anpe / CGT-Travail / CGTDdass

AGENTS DE LA PREFECTURE DE L’ISERE
Dans vos murs,on piège, on arrête, on expulse !

Un sans-papier arrêté en Préfecture

Agents de la Préfecture, un étranger vient
d’être piégé dans vos services alors qu’il était
accompagné par un membre de son collectif
de soutien. La police, prévenue par un agent,
l’a arrêté et conduit en centre de rétention
pour l’expulser.

Ce n’est pas la première fois qu’on livre ainsi
un sans-papier à la police dans ces lieux.

                                                                   Pourquoi ce zèle ? Quels crimes ont
                                                                commis ces hommes et ces femmes qui
                                                                 n’aspirent qu’à travailler et vivre en paix ?

Les sans-papiers sont avant tout des victimes

Comme nous, vous connaissez les souffrances
qu’endurent les candidat-e-s à l’immigration.

Comme nous, vous savez les conditions de vie
indignes dans les centres de rétention.
Comme nous, vous n’ignorez pas la
responsabilité des grandes puissances comme
la France dans les désordres économiques
mondiaux qui nourrissent l’immigration.

Il faut résister

Même si, de par vos attributions, vous n’êtes
pas tou-te-s directement concerné-e-s par le
contrôle des étrangers, vous partagez dans
ce lieu symbolique de la préfecture, une même
communauté de travail. Fonctionnaires, nous
vous appelons à rester des citoyens soucieux de
l’éthique que confère l’exercice des missions de
service public.

Cette politique est détestable

La politique d’immigration choisie est détestable.
Elle prélève sur les pays pauvres les personnes les
plus qualifiées, les sous-paye et les met en
concurrence avec les salarié-e-s d’ici. Elle rejette
les moins qualifiées dans la clandestinité, les
condamnant ainsi aux pires conditions
d’exploitation économique.

Cette politique est insupportable également aux
consciences avec son cortège de rafles et ces
enfants enfermés dans des camps.

Cette politique est de surcroît illusoire : aucun
mur n’empêchera les hommes de fuir les pays
ravagés par la misère, la guerre ou l’arbitraire.

Cette politique vise aussi et surtout à racoler
l’électorat d’extrême droite.

Débattez dans vos services

Non à la délation ! Assez d’arrestations ! Assez de
victimes ! Engagez le débat dans vos services.
Quel est le sens des objectifs chiffrés d’expulsion
assignés au Préfet ? Pourquoi les agents publics
sont-ils mis à contribution ? Quelles sont les limites
du devoir d’obéissance ?

Vous ne supportez plus que le service public soit dévoyé,
CONTACTEZ les organisations de :
RESISTE-38
RESeau ISérois contre la Traque des Etrangers
Ou écrivez à : resiste38@gmail.com

A toutes celles et ceux qui travaillent dans les secteurs de l’éducation,
du social, du travail et de l’emploi, de l’insertion, de la santé,
des transports et de tous les autres secteurs confrontés aux directives
sur le contrôle des étrangers et étrangères.

Constituons ensemble

le RESeau ISérois contre la Traque des Etrangers !
Sous couvert de lutte contre la fraude et le travail illégal
et au prétexte de réduire la très discutable
dette de l’Etat, l’action des différents ministères dont nous dépendons est de plus en plus soumise
aux orientations de la politique d'immigration du gouvernement,
focalisée sur les chiffres d’expulsions d’étrangers.
Nous tenons à affirmer avec vous que les missions de nos secteurs professionnels ne sont pas le contrôle des papiers des étranger-e-s et encore moins la délation.

Nous persisterons à agir ensemble pour la défense des droits de toutes et tous les salarié-e-s, y compris
des plus précaires, ainsi que des chômeurs et chômeuses, quelle que soit leur nationalité.
Notre position est fondée aussi sur la conviction qu’en refusant d’être des supplétifs de la police, en
défendant des règles éthiques dans l’exercice quotidien de notre travail, c’est la confiance des usager-es,
salarié-e-s et chomeurs/euses dans nos services que nous préservons. Or cette confiance est
indispensable à la réalisation de nos missions.

Dans ce contexte, il nous paraît indispensable de nous regrouper localement en nous inspirant des
réseaux déjà constitués (RESF pour l’éducation, REFI pour l’emploi-formation-insertion voir le site
Internet : h ttp://refi.over-blog.org/ qui collecte les signatures de soutien).

Nous vous invitons donc à débattre dans vos services, en attendant l’organisation prochaine d’une
réunion publique, pour envisager la constitution en Isère d’un réseau de partage d’information, de
discussions, de résistance et de lutte autour des axes suivants :

- réflexion et information sur les causes de l’immigration et son instrumentalisation au profit du
développement du capitalisme, et sur la cohérence des dispositifs qui se mettent en place et les
conséquences sur les personnes et les libertés
- solidarité et soutien mutuel dans les actions à mener que nous déterminerons ensemble.

Nous appelons les organisations associatives, politiques et syndicales à être signataires de cet appel.

Vous pouvez nous contacter à : resiste38@gmail.com

Premiers signataires : CGT DDASS, CGT Travail, CNT Education, SNU-TEF (FSU) Travail, SNUTEFI
(FSU) ANPE, Sud-Education, Sud Travail.

Commenter cet article